Tous solidaires #Aveclesréfugiés à l’occasion de la journée mondiale du réfugié

OUAGADOUGOU, BURKINA FASO – Le 20 juin 2018, à l’occasion de la Journée Mondiale du Réfugié, le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (UNHCR) invite le monde a exprimé sa solidarité avec les personnes déracinées à travers le monde des suites de la guerre, de violences ou de persécutions.

Avec l’éclatement, la récurrence, la persistance et l’intensification des conflits, plus de 68 millions de personnes sont aujourd’hui arrachées de leurs foyers selon le nouveau rapport statistique Tendances Mondiales publié aujourd’hui par l’UNHCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Toutes les deux secondes, une personne a été forcée de fuir à cause de la persécution, des conflits ou de la violence.

L’écrasante majorité de ces réfugiés ont trouvé la sécurité à proximité dans un pays voisin. Un tiers des réfugiés dans le monde sont hébergés en Afrique subsaharienne, l’une des régions les moins développées et les plus assiégées du monde. 85% des réfugiés dans le monde sont hébergés dans des pays en développement, dont beaucoup soutiennent les réfugiés depuis de nombreuses années malgré des ressources et capacités limitées.

« C’est également le cas pour le Burkina Faso, qui accueille aujourd’hui près de 25 000 réfugiés. La majorité des réfugiés au Burkina sont des maliens qui ont dû fuir leur pays à cause de la crise socio-politique qui y prévaut depuis 2012. Aujourd’hui, ces derniers sont toujours plus de 24 000, principalement installés dans la région du Sahel » nous explique Ioli KIMYACI, la Représentante de l’UNHCR au Burkina Faso. En 2018, les réfugiés ont entamé leur sixième année d’exil et tomberont dans une situation d’asile prolongé.

« La situation sécuritaire au Mali reste instable et la plupart des réfugiés ne peuvent pas rentrer chez eux. De plus, depuis mi-février, des conflits intercommunautaires au Centre Mali ont poussé près de 4 500 personnes à traverser la frontière. Ces demandeurs d’asile se sont installés dans la Région du Nord et de la Boucle du Mouhoun, près de la frontière malienne. Des déplacements additionnels dans les mois à venir ne sont pas à exclure » poursuit la première responsable de l’UNHCR au Burkina.

Conjointement avec la Commission Nationale pour les Réfugiés, les autres agences des Nations Unies et les organisations partenaires, l’UNHCR au Burkina Faso fournit une assistance vitale et protège les droits fondamentaux de tous ceux qui ont cherché l’asile sur le territoire burkinabé. « Mais nous regardons au-delà de l’assistance humanitaire et donnons un soutien au développement à long terme, à la fois aux réfugiés et aux communautés d’accueil » dit Mme Kimyaci.

« Plus de 60% des réfugiés maliens au Burkina Faso sont des mineurs. Nous investissons dans leur futur pour qu’ils aient l’opportunité à s’épanouir. Nous investissons également dans l’autonomisation des réfugiés pour qu’ils soient mieux équipés et à même de reconstruire leurs vies, qu’il soit au Burkina Faso, dans un pays tiers dans le cadre de la réinstallation ou dans leurs villes et villages d’origine quand la paix y sera revenue ». Le thème de la célébration de l’année 2018 est Solidaires #Aveclesréfugiés. Ce thème s’inscrit dans la dynamique de sensibilisation pour un meilleur accueil et une intégration véritable des réfugiés dans le pays d’asile.

Cette année-ci, les festivités de la Journée Mondiale du Réfugié ont débuté ce dimanche 17 juin dernier au Stade Municipale avec un match de foot solidaire entre les réfugiés et les journalistes du Burkina Faso. La cérémonie officielle a eu lieu le mercredi 20 juin au Ministère des Affaires Etrangères à Ouagadougou, en présence de son Excellence Paul Robert TIENDREBEOGO, Ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’Extérieur, et sous le parrainage de Monsieur Cheick Fantamady KANTE, Représentant de la Banque Mondiale au Burkina Faso. La Banque Mondiale est consciente que le déplacement forcé est un frein au développement, en particulier lorsque la situation se prolonge comme c’est le cas actuellement au Burkina Faso. C’est la raison pour laquelle la Banque a décidé d’accroître son aide aux personnes déplacées et aux communautés qui les accueillent.

Une pause musicale et une exposition artisanale des différents œuvres des réfugiés seront l’occasion de mettre en valeur les talents de la population réfugiée au Burkina Faso. Des prix seront remis aux réfugiés innovateurs. La journée sera conclue par un repas communautaire. En outre la journée est également célébrée à Bobo Dioulasso et dans les camps de réfugiés au Sahel.

Leave a Comment

Contactez-nous

Pour toute demande d'informations, suggestion ou sollicitation.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search