Table ronde sur le financement PUS-BF et du PADEL

Le texte initial de Madame Metsi Makhetha, Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies, Représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) lors de la table ronde sur le financement du programme d’urgence pour le Sahel (PUS-BF) et du programme d’appui au développement des économies locales (PADEL), le 9 juillet 2018 à Ouagadougou.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
Madame le Secrétaire d’État,
Chers invités,

Je voudrais saluer ici, suite à la présentation de Madame le Secrétaire d’Etat, la volonté politique et leadership du gouvernement d’agir face aux chocs sécuritaires qui s’ajoutent aux déficits de développement préexistants dans le pays et particulièrement dans le Sahel et le Nord.

Il convient de noter que cette volonté politique et ce leadership se sont traduits par la réorientation et une priorisation des moyens budgétaires publics vers le financement du PUS-BF, se donnant ainsi des instruments pour agir dans l’urgence.

Je félicite les autorités pour le diagnostic sans complaisance et leur détermination à répondre à l’urgence du moment qui demande de transcender le silo et de favoriser une approche intersectorielle pour impulser les actions de développement axées sur la prévention, la stabilité et la paix.

Le PUS-PADEL présente véritablement une vision globale et un cadre intégré qui répond aux insuffisances accumulées au fil des années et vise à corriger les inégalités régionales et éliminer la pauvreté multidimensionnelle.

Leurs mises en oeuvre requièrent la rupture avec la routine et l’adoption de modalités pour accélérer les actions et maximiser l’impact.

S’agissant du PUS, je voudrais faire remarquer ce qui suit:

– Le PUS-BF s’adresse aux régions du Nord et du Sahel représentant plus 15% de la population, mais c’est le pays entier et la sous-région qui sont concernés.
– La capacité du gouvernement à se doter d’un cadre et à engager les partenaires pour apporter une réponse structurée et holistique.
– La nécessité d’entreprendre des actions au niveau national, régional et transfrontalier.
– L’importance d’accorder une attention particulière au renforcement des capacités opérationnels et a la capacité de mise en œuvre qui nous interpellent pour aller au-delà des modalités existantes et agir en urgence tout en gardant la transparence et la redevabilité.
– Le PUS-BF requiert des financement mixtes avec des instruments flexibles.

Par ailleurs, pour plus de synergie et d’impact, il paraît utile et nécessaire d’établir une cartographie des projets en cours ainsi que les activités que les partenaires mènent dans les régions ciblées pour tenir compte de la réalité que certains apportent des appui-projets.

A propos du PADEL, je soulignerais :
– La pertinence des interventions, qui si celles-ci sont bien menées, permettront un véritable développement à la base et une impulsion des économies locales et la participation effective des femmes et des jeunes.

– La place accordée aux municipalités dont les populations ont elles-mêmes identifié et exprimé leurs besoins ; ce qui assure un renforcement de confiance entre l’administration au niveau locale et la population et ameliore la gouvernance administrative.

– Le caractère a potentiel de mise en échelle mis en exergue par le choix des composantes qui est base sur les expériences évolués dans un contexte Burkinabè.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,
Madame le Secrétaire d’État,
Chers invités,

Le PUS-BF et le PADEL sont en droite ligne des objectifs du plan de soutien des Nations Unies pour le Sahel qui a été présenté le 30 Juin dernier par Madame Amina J. Mohamed, Secrétaire Générale Adjoint des Nations Unies à Nouakchott en marge du 31ème Sommet de l’Union Africaine.

L’objectif global du plan de soutien est d’intensifier les efforts pour accélérer la prospérité partagée et la paix durable dans les pays du Sahel.

Il nous incombe donc d’orienter davantage nos investissements vers l’amélioration de la sécurité humaine dans les zones fragiles et à risque tout en renforçant la résilience des populations et en favorisant la promotion des économies locales.

Car investir dans ces deux programmes – c’est la condition sine qua non pour parvenir au développement durable, à la prévention, à la sécurité et à la création des conditions d’une paix durable.

C’est aussi assurer un tremplin vers la réalisation des ODD.

Vous comprendrez donc et je profite de l’occasion pour affirmer le soutien sans faille des Nations Unies à accompagner le pays a mobiliser les financements requis pour le PUS-PADEL.

Je vous remercie de votre aimable écoute, vos commentaires et suggestions !

Leave a Comment

Contactez-nous

Pour toute demande d'informations, suggestion ou sollicitation.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search