Deuxième session du cadre de rencontre et de dialogue Etat – Société Civile – 16 juin 2017

Discours de Madame Metsi Makhetha, coordonnatrice résidente du système des Nations Unies.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation ;
Monsieur le Président du Conseil National des Organisations de la Société Civile du Burkina Faso ;
Monsieur le Président du Comité d’organisation de la présente rencontre ;
Mesdames et Messieurs les Membre du Gouvernement ;
Mesdames et Messieurs les Gouverneurs ;
Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique ;
Distingués Invités ;
Mesdames et Messieurs en vos grades, titres et fonctions respectifs, tout protocole considéré,

A l’entame de mon propos, je voudrais saluer les autorités et les acteurs de la société civile burkinabè, dont la clairvoyance et la volonté de privilégier l’intérêt supérieur de la nation ont prévalu à l’instauration de ce cadre de rencontre et de dialogue entre deux entités, souvent considérées comme antagonistes.

En m’adressant ce matin à cet auguste auditoire composé des plus hautes autorités de l’Etat et des représentants des différents acteurs de la société civile du Burkina Faso, je souhaite exprimer ma satisfaction pour la tenue de cette deuxième session du cadre de rencontre de dialogue entre l’Etat et la société civile.

Ma joie est d’autant grande que le PNUD a contribué aux réflexions qui ont abouti à la formalisation de ce cadre et à la tenue de la première session, en février 2015.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, votre présence effective à cette rencontre témoigne, une fois de plus, de la volonté du Gouvernement au plus haut niveau et du peuple Burkinabè, de s’inscrire dans une démarche constructive, responsable et ouverte, en accord avec les Objectifs de Développement Durable.

Mesdames et Messieurs, Distingués invités,

Il est important de noter que la question de la participation citoyenne occupe la place qui lui revient de droit dans la vision du développement du Burkina Faso. Comme cela est bien exprimé tant dans le projet de société «Bâtir avec le Peuple un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice», que dans le PNDES.

Le thème de cette rencontre «Cohésion sociale et mise en œuvre du PNDES : Quelle contribution des OSC ?» interpelle sur la nécessité de concilier l’exercice du droit du citoyen avec les exigences de la stabilité des Institutions, de la tolérance et de la paix au Burkina Faso.

Les thématiques définies pour les travaux de groupes sont toutes aussi pertinentes et indiquent la volonté de promouvoir la culture d’une participation citoyenne responsable, moyen privilégié de l’apprentissage des valeurs fondamentales de démocratie, de tolérance, d’égalité et de solidarité.

C’est pourquoi, afin de contribuer à façonner une infrastructure sociale soudée mobilisant tous les acteurs et toutes les ressources dont le Burkina Faso dispose pour réussir la mise en œuvre du PNDES, nous nous sommes engagés, aux côtés du Gouvernement et avec le soutien financier du Grand-Duché de Luxembourg, pour soutenir l’organisation de cette rencontre.

Mesdames et Messieurs les membres des Organisations de la société civile,

Au regard du contexte national, marqué par une forte demande sociale, je formule le vœu que vous saisissiez l’opportunité de ce cadre, pour réfléchir non seulement sur votre rôle dans la mise en œuvre du PNDES, mais également sur votre implication dans l’apaisement du climat social et la cohésion nationale.

Je nourris l’espoir que la société civile burkinabè, qui a démontré son engagement pour les nobles causes, sa grande sagesse pour résoudre et dépasser les différends qui lui ont valu l’estime et la considération sur le plan international, plus que jamais ne ménagera aucun effort pour jouer le rôle qui est le sien à cette étape de la construction du Burkina Faso.

 

J’ai la ferme conviction que, du partenariat franc et sincère entre les Organisations de la Société Civile et les décideurs, le Burkina Faso consolidera les gains de la Transition, s’engagera sur le chemin d’un développement durable, inclusif et tangible et réussira la mise en œuvre du PNDES dans un pays en harmonie avec ses filles et fils.

Avant de terminer mon propos, je voudrais adresser mes remerciements anticipés à son Excellence Monsieur le Président du Faso, pour avoir accepté le dialogue direct de ce soir avec la société civile.

Mes remerciements vont également à tous les représentants des organisations de la Société Civile Burkinabè, qui sont la fierté du Continent africain pour leur rôle de veille et de sentinelle pour l’enracinement de la démocratie au Burkina Faso.

Je salue les médias, la presse écrite, la presse audiovisuelle et la presse en ligne, qui, outre leur appartenance au paysage associatif, ont un grand rôle à jouer en tant que médiateurs et amplificateurs de messages. Leur engagement est primordial et le Système des Nations Unies compte beaucoup sur eux pour informer les citoyens.

Ma gratitude s’adresse enfin au Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg, pour son accompagnement financier de la présente rencontre.

Parce que demain s’écrit aujourd’hui, au nom des Nations Unies, je vous apporte mon soutien dans le Burkina Faso 2020 que la riche histoire du pays vous commande de créer aujourd’hui.

Comme cela a été dit par l’un des illustres fils du pays, Joseph Ki-Zerbo, je cite : «L’invocation par nous du passé seul, du passé simple, ne prouve rien pour le présent et l’avenir, alors que la convocation d’un présent médiocre ou calamiteux comme témoin à charge contre nous, peut mettre en doute notre passé et mettre en cause notre avenir. C’est pourquoi chaque Africaine, chaque Africain doit être, ici et maintenant, une valeur ajoutée. Chaque génération a des pyramides à bâtir.»

Fin de citation.

Je vous remercie pour votre attention.

Leave a Comment

Contactez-nous

Pour toute demande d'informations, suggestion ou sollicitation.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search