African Pitch Roadshow – Etape de Ouagadougou

Le texte initial du discours de Metsi Makhetha, coordonnatrice résidente du système des Nations Unies, lors de l’African Pitch Roadshow, à Ouagadougou, le 19 avril 2018.

Monsieur le Ministre de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles ;
Monsieur le Représentant du Ministre de l’Energie ;
Monsieur son excellence l’Ambassadeur du Royaume du Maroc
Monsieur Alioune Gueye, Commissaire Général de la plateforme des investisseurs et entrepreneurs en Afrique dénommée « Hub Africa »;
Monsieur le Président Fondation Ouest-Africaine pour l’Entreprenariat et l’Innovation (WAEIF) Burkina Faso;
Honorables invités;
Chers jeunes porteurs de projet ;
Mesdames et Messieurs

La population du Burkina Faso, à l’instar de la plupart des pays africains, est caractérisée par son extrême jeunesse. Selon les chiffres tirés de la projection démographique de la population à partir du recensement général de la population et de l’habitation de 2006, 67% de la population a moins de 25 ans et 33,2% un âge compris entre 15 et 35 ans (INSD, août 2009). Au regard de son poids démographique, la jeunesse constitue pour certains une menace et pour d’autres, une opportunité. Ainsi, certains voient en elle une bombe sociale, pendant que d’autres la perçoivent comme l’avenir et le fer de lance des nations.

Vous aurez compris que si je suis présente parmi vous aujourd’hui, c’est parce je vois en elle un atout et une opportunité pour le développement de l’Afrique et du Burkina Faso en particulier.

Le Système des Nations Unies, dans son cadre de coopération avec le Burkina Faso, a pris, entre autres, l’engagement de contribuer à la création de conditions favorisant l’entrepreneuriat et encourageant l’innovation dans le cadre de l’économie numérique notamment.

Cela ne pourra se faire sans un esprit d’entreprise et sans vous qui êtes dans cette salle.

Comme disait l’écrivain français Victor Hugo, je cite : « La jeunesse est le sourire de l’avenir devant un inconnu qui est lui-même », fin de citation.

Cela nécessite également une volonté politique sans faille. Je peux affirmer sans me tromper que cette volonté existe au Burkina Faso.

Car au-delà de l’ambition affichée dans le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES 2016-2020), le Président du Faso a, lors des Etats Généraux de la jeunesse, en novembre 2017, rassuré les jeunes que le gouvernement prendra en compte toutes les préoccupations et propositions soulevées afin qu’il y ait une traduction concrète sur le terrain.

Monsieur le Ministre, étant témoin de votre engagement en faveur de la jeunesse burkinabè, car récemment vous avez effectué une mission au Rwanda avec votre équipe pour vous inspirer de l’expérience de ce pays en matière de valorisation du potentiel des jeunes, j’ai l’assurance qu’en vous accompagnant, il est possible de faire de la jeunesse burkinabè le sourire de l’avenir du Burkina Faso.

Monsieur le Ministre;
Honorables invités;
Mesdames et Messieurs

En facilitant l’organisation pour la première fois de l’«African pitch roadshow » au Burkina Faso, il s’agit, pour le système des Nations Unies, de contribuer à la dynamique en cours dans le pays, en matière de promotion de l’entreprenariat des jeunes et à connecter les entrepreneurs burkinabè avec leurs pairs d’autres pays, dans le cadre de l’échange Sud-Sud.

En effet, nous avons la conviction que l’«African pitch roadshow » offrira aux porteurs de projet burkinabè l’opportunité de valoriser leur savoir-faire et d’intégrer un réseau mondial de conseillers et d’investisseurs potentiels.

Je voudrais à cette étape de mon propos, féliciter Monsieur Alioune GUEYE, Commissaire Général de la plateforme des investisseurs et entrepreneurs en Afrique dénommée « Hub Africa » pour sa vision et son leadership.

C’est aussi l’occasion pour moi de féliciter la Fondation Ouest-Africaine pour l’Entreprenariat et l’Innovation (WAEIF) Burkina Faso, qui dans un délai très court, a réussi à faire de cet événement une réalité.

Monsieur le Ministre;
Honorables invités;
Mesdames et Messieurs

L’ancienne Administratrice du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Madame Helen Clark disait je cite :

« Le PNUD appuie des politiques et programmes qui visent à donner aux jeunes les moyens de s’informer, de dialoguer et de contribuer au développement humain durable et à la résilience de leur communauté. La jeunesse combinée à l’esprit d’innovation a le potentiel de proposer des solutions aux défis du développement et de transformer les sociétés ». fin de citation.

Ainsi, nous appelons les nouvelles générations à s’engager encore davantage en tant que forces de transformation politique, économique et sociale dans le cadre de la vision 2030 pour une croissance durable et un processus de développement inclusif, harmonieux avec la nature, et qui ne laisse personne de côté, et de la vision 2063 pour une Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens, et représentant une force dynamique sur la scène internationale.

Avant de clore mon propos, je voudrais saisir cette opportunité pour interpeller la jeunesse burkinabè à prendre la mesure de la responsabilité qui leur incombe devant l’histoire :

Ne vous focalisez pas seulement sur vos droits sociaux et économiques, accomplissez également vos devoirs de citoyen ;

Ne vous limitez pas à la réussite pour soi, envisagez également la réussite pour les autres, à travers l’impact social et environnemental de vos projets sur la société.

C’est donc dans le respect des valeurs fondatrices du Faso, de la paix et de la démocratie que vous devez placer votre contribution à la bonne marche de la société.

Je vous remercie.

Leave a Comment

Contactez-nous

Pour toute demande d'informations, suggestion ou sollicitation.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search